Laboiteamouche

Pêche à la mouche naturelle

Ouverture 2019, cela va être compliqué!!
Ce mois de mars 2019 commence avec une météo relativement douce et un manque d’eau et de pluie flagrant.
Les ruisseaux ont presque les niveaux de l’étiage d’été, donc la pêche va être plus compliquée pour l’ouverture aux appâts naturels.
Les esches habituelles, vers de terre, de berges, porte bois, teignes…. risquent de ne pas être efficace toute la journée à cause de cette chaleur inhabituelle pour la saison.
Les insectes sont déjà de sortie, il serait peut être judicieux de lancer un élevage de mouches.
En effet il ne faut pas craindre d’investir quelques euros pour acheter ¼ de litre de Gozzer et avoir des mouches pour la fin du mois ou début avril.
Le début de saison est particulier car en effet la truite recherche des appâts volumineux si les eaux sont hautes et fortes, mais avec les niveaux actuels on peut penser que dame Fario va changer sa façon de se nourrir, comme elle sait bien le faire d’ailleurs.
Ma longue expérience me permet d’affirmer que le risque n’est pas si énorme et avoir une esche de plus m’a souvent permis de tirer mon épingle du jeu aux heures les plus ensoleillées de la journée.
Je me souviens de parties de pêche dans les monts du Cantal à plus de 1000m d’altitude avec la neige sur les montagnes et avoir pris de beaux poissons sur de l’eau de neige en fin de matinée à la mouche naturelle, mi-avril.
Une autre journée mémorable dans le même département, vent du nord, pluie et neige mélangée, 2 à 3°à 8 h du matin. L’eau du ruisseau était trouble et forte je pars donc avec vers et porte bois. Après 3 h de pêche quasiment sans poissons, mon collègue Émile sort de sa veste une boite à mouches, je m’assoie sur un rocher à côté de lui pour refaire un montage et n’ai pas eu le temps de le terminer, il tenait déjà une truite de + de 30cm.
Mon montage refait je pique une mouche dans sa boite et prospecte le coup au-dessus, premier passage une touche manquée, je remets une autre mouche et là je prends le poisson, je n’en reviens toujours pas.

Les prises se sont enchainées comme en été alors que la température ne devait pas dépasser 6 à 7°, malgré tout il fallait quand même faire une pause casse-croute pour se réchauffer un peu.
De retour au bord du ruisseau vers 14h avec ma boite à mouches autour du cou, je me disais que la pêche devait être terminée et sans conviction je fais une première coulée sur un poste dégagé qui avait dû être pêché toute la matinée et toc une touche, ferrée aussitôt.
Pendant que je décrochais et remettait à l’eau la truite
Émile me rejoins et en pique une autre sur le même poste !
Toute l’après-midi ce fut un festival de prises alors que les autres pêcheurs nombreux sur ce parcours ne prenaient rien et ne voulaient pas croire que nous pêchions à la mouche naturelle en ce début du mois d’avril, tant pis pour eux !
Mais revenons au début et comment lancer un élevage, il faut acheter chez son détaillant en articles de pêche des Gozzer, asticot qui produit la mouche bleue, en début de saison il n’est pas évident d’en trouver il faut donc souvent les commander pour la semaine suivante.
Une fois les asticots à la maison il faut les placer dans un récipient avec de la sciure et attendre qu’ils se transforment en cocons.
Cela laisse le temps de préparer la boite d’élevage que vous pouvez vous bricoler ou l’acheter toute faite sur ma boutique.
La pose du journal sur le fond est indispensable pour plusieurs raisons : protection du bois et surtout il absorbe les déjections liquides et collantes des mouches.
Une fois les cocons formés les placer dans le compartiment prévu à cet effet et refermer la boite.
Au mois de mars dans un local peu chauffé il faut compter au moins 1 mois avant de voir les premières mouches apparaitre, par contre elles se conserveront 5 à 6 semaines dans le même local.
Le plus difficile reste à venir, la conservation et le nourrissage ! !
Là je vais vous expliquer comment procéder avec mes boites, une fois nées les mouches migrent dans la partie grillagée ou on place des pierres de sucre et une éponge humide sur la partie grillagée.
Une semaine après les premières éclosions et lorsque toutes les mouches sont nées il faut les transférer dans la boite de conservation.
Pourquoi transférer les mouches dans une autre boite ? Pour pouvoir tout simplement libérer la place pour les prochaines naissances, en effet si l’on remet de nouveaux cocons les mouches qui vont naitre auront besoin de tout l’espace et ainsi permettre un accès à la nourriture à un maximum de mouches, gage de bonne conservation et durée de vie optimale.
Mes boites présentent des dimensions étudiées pour un nombre donné de mouches et si l’on en met plus une bonne partie va mourir prématurément, faute de pouvoir se nourrir et d’espace suffisant pour voler.
La boite de conservation ne possède pas de séparation, tout l'espace intérieur est libre et la partie grillagée beaucoup plus importante permet a un maximum de mouches un accès à la nourriture.
Une fois cette opération réalisée et même qu’il en reste quelques-unes dans la boite d’élevage il faut retirer les vieux cocons pour en mettre de nouveaux que vous aurez pensé à acheter en temps voulu.
Les boites que je fabrique permettent en effet de relancer un élevage tout en ayant encore des mouches à l’intérieur, mais il faut bien suivre la procédure expliquée sur la vidéo.
Maintenant que vous avez des mouches il faut les utiliser et aller à la pêche en remplissant tout d’abord la boite de transport.
Le modèle que je fabrique se rempli à partir de la boite de conservation de 50 à 60 mouches en 2 minutes et permet de les faire sortir une à une et de les saisir grâce à 2 doigts de préhension fixés de chaque côté du trou de sortie.
Quand vous en serez à ce stade, je peux vous garantir des sensations nouvelles et un plaisir jamais atteint avec d'autres appâts